Welcome / Bienvenu

This blog presents my different wargames armies, after action reports, campaigns which I have run, some scenarios and a presentation of some of the different rules I play. The pages at the top of the blog contain historical information on the periods that interest me. They are an aid to my poor memory, and not in any way exhaustive nor necessarily correct. As I am an Englishman living in France, some pages are in English and others in French...sorry, I am too lazy to translate...

I hope this blog offers you much enjoyment and some inspiration !

dimanche 27 août 2017

Histoire d'une Passion

A quelques jours près, c'est le 5ème anniversaire de ce Blog. Je me suis dit que ça pourrait être intéressant de faire un rapide rétrospectif sur cette passion qui absorbe tant de mon temps depuis que je l'ai reprise en 2005.  Ce poste est ce qu'on appelle dans ma langue natale "A trip down Memory Lane".  Ceux qui ne sont pas des nostalgiques peuvent passer leur chemin  ; )

La première période (2005-2012) : le 15 et rien que le 15

L'armée : 150 à 250 figurines
Les échelles : le 15mm (98%) et le 28mm (2%)
Temps consacré à la peinture d'une figurine : 30 minutes

J'ai repris la figurine début 2005, après une pause d'une décennie.  J'avais alors envie de jouer de la grande bataille, et le 15mm s'est naturellement imposé.  De début 2005 à fin 2012, je n'ai peint que du 15mm, mise à part un essai en 28mm sur du Pulp - pas très réussi - et plus curieusement la peinture d'une armée Tau, Dieu sait pourquoi, mais dont je me sers encore aujourd'hui.

De cette période, les deux armées que je considère les plus réussies sont mes 15mm Early Roman, et leur adversaire Pyrrhus.  Celles que j'affectionne le plus sont mes 15mm Chinois et leur adversaires Japonais.


La deuxième période (2012 à mi-2015) : le 28 prend sa revanche


L'armée : 100 à 150 figurines
Les échelles: le 28mm (60%) et le 15mm (40%)
Temps consacré à la peinture d'une figurine : 30 minutes à 2 heures

Ma fille aînée ayant atteint ses 7 ans début 2013, je me suis dit que je pourrais l'intéresser à la figurine à travers des aventures mythologiques.  Le 28mm s'imposait, mais la pratique de cette échelle me faisait défaut.  J'ai quand même essayé.  Aujourd'hui, toutes les figurines de ce lot ont été repeintes ou mises au rebut, mais enfin, c'était un début ! Puis en juillet 2013 s'est opéré une bascule quand j'ai abandonné mon projet mythologie en 15mm pour me lancer dans mon projet Battlelore Mythologique en 28mm.  Pour la première fois, j'allais peindre de véritables armées en 28mm, avec des unités comme celles-ci.

De cette période, les trois unités dont je suis le plus fier en 28mm sont les parmi les Amazones (les figurines de qualité comme les Reaper et les Hasslefree, c'est dommage que je les ai mélangés avec d'autres moins chers mais à la gravure bien plus approximative), mes Daena, et mes Kushites.

Je ne négligeais pas pour autant le 15mm.  C'est d'ailleurs mi-2015 que j'ai complété les deux armées en 15mm dont je suis le plus satisfait : mon armée 1er Empire  et mes Grecs Hoplites.  Je pense d'ailleurs que la pratique du 28mm a eu une influence positive sur ma peinture en 15mm.


 La troisième période (mi-2015 à mi-2017) : adieu le 15, bonjour le grand escarmouche

L'armée : 50 à 80 figurines
Les échelles: le 28mm (100%)
Temps consacré à la peinture d'une figurine : 2-3 heures

Les Grecs étaient, et je le savais, le chant de cygne du 15mm sur mon établi de peinture. Depuis mi-2015, je ne peins plus que du 28mm, mais la pratique de cette échelle évolue aussi.  Mes Égyptiens pour Battlelore Mythologie ont été vraisemblablement la dernière armée de masse à cette échelle.

L'orientation est maintenant vers le grand escarmouche, à travers deux périodes, le Back of Beyond et la période Médiévale.  De plus petites armées me permettent non seulement de varier les plaisirs, d'être le maître et non l'esclave d'un projet, mais aussi de consacrer plus de temps à une figurine et pouvoir expérimenter de nouvelles techniques.


La quatrième période (de mi-2017 à la cécité)

L'armée : 10 à 80 figurines
Les échelles : le 28mm (90%) et le 15mm (10%)
Temps consacré à la peinture d'une figurine : 2-10 ??? heures

Je me trouve aujourd'hui avec une nouvelle envie : à côté de la peinture d'armées grande escarmouche - qui nécessitent quand même un certain cadence si on veut les jouer avant le Saint Glinglin - je voudrais tenter de nouvelles techniques bien plus chronophages.  Le corollaire, c'est d'accepter la "petite" escarmouche dans ma pratique de jeu.  Ainsi j'ai récemment fait l'acquisition d'un lot de figurines pour Infinity.  Avec une certaine crainte, j'avoue, de ne pas réussir, je vais quand même me lancer car qui ne tente rien n'a rien, et remplacer ma peinture habituelle par des techniques plus ardues, style fondu, fondu dans le frais, glacis, OSL, NMM et tout le bataclan.  J'espère que ma main ne tremblera pas et que mes yeux de quadragénaire tiendront le coup : )

L'idée n'est pas de faire que cela, mais de varier les plaisirs en alternant entre ce genre de peinture prise de tête, avec une peinture plus détendue qui produira d'autres armées pour le Back of Beyond et le Médiéval.  Et puis j'ai toujours le projet de revenir un peu au 15mm et peindre une armée 1er Empire Autrichien.



Voilà, fin du rétrospectif, vous pouvez vous réveillez, je vous rendormirai à nouveau dans cinq ans : )  Merci en tout cas d'avoir écouté mes divagations...

Lee

jeudi 17 août 2017

Les Celtes en Grèce -279

Quelques photos d'une partie de Command & Colors jouée avec Pierre il y a deux semaines.  La règle, que nous avons joué avec les additifs maison, semble lui avoir plu.  Les Grecs ont remporté la victoire d'une courte tête, avec 4 pertes encaissées pour 5 pertes infligées.

L'armée celte de Pierre a été choisie pour être proche de celle qu'il jouera dans la campagne club "Les Baltes 1240-1242". Dans la même logique, mon armée grecque avait des points en commun avec une armée Croisée; j'ai notamment joué les Compagnons comme des chevaliers, avec les règles spéciales Impact et Armure.




mardi 15 août 2017

Le Grand Moghul

J'ai joué à Irregular Wars lundi soir, mes Hollandais de la VOC contre les Moghuls de Pierre.  Pas de photos des engagements hélas, car mon téléphone était déchargé.





La première partie, peu après le débarquement des troupes coloniales, les a vu affronter une armée composée de hordes de guerriers de faible valeur combattive.  Les Indiens étaient surpris par une marche de nuit qui a vu les deux armées l'une sur l'autre au levée du soleil.  Sur l'aile gauche, la cavalerie adverse s'est écrasée contre piques et hallebardes, tandis que l'infanterie hindou, ralentie par des terrains difficiles, souffrait sous le feu de deux batteries d'artillerie.  Solidement installés sur les hauteurs, les arquebusiers de la VOC ont fauché leurs assaillants.  C'est alors qu'un assassin sortit du rang pour tenter de poignarder le Kolonel van der Lee, mais un fidèle du vaillant néerlandais lui croisa le fer et expédia le vilain ad patres. L'armée Moghul n'a pas demandé son reste et s'est enfuie, laissant plusieurs centaines de pertes.

Fort de ce succès, van der Lee a mené ses hommes à l'intérieur des terres.  Un tel aventure n'a pas été du goût des supplétifs (1 seule unité obtenue sur 4) tandis que le terrain brisa les roues des canons (1 sur 2).  Le Grand Moghul, en revanche, avait assemblée une belle et nombreuse armée, très forte en cavalerie.  Hélas pour lui, tout n'était que parade car deux escadrons sur cinq désertèrent avant même d'engager les hostilités (deux jets de double 1 pendant la phase de Disease and Mishaps, pauvre Pierre  ; ).  Ehonté par tant de lâcheté, un troisième escadron chargea précipitamment l'ennemi (jet de 5 sur Disease and Mishaps) et tomba sous les balles des arquebuses.  Si les Hollandais étaient inquiets de voir quelques nuages noires poindre à l'horizon, menaçant l'emploi de leurs armes à feu, le soleil les a finalement chassées et tout semblait sourire à l'envahisseur (carte Clear Skies).

L'aile gauche Moghul était alors en piteux état, et les arquebusiers de la VOC continuèrent leurs ravages.  Sur l'aile opposé, en revanche, les cavaliers légers et les éléphants indiens faisaient carnage et emportaient même l'artillerie en deuxième ligne.  Craignant l'enveloppement, van der Lee chargea le général adverse et engagea un sanglant mêlée...qui lui coûta la vie.  En tant qu'incarnation de la volonté farouche de la VOC dans ces contrées, la perte de van der Lee fut durement ressentie par l'armée et plusieurs compagnies désertèrent, poussées par la reprise des violents tirs ennemis.

La bataille avait été sanglant et il ne restait plus que quatre compagnies ébranlés aux Hollandais, et guère mieux à leurs rivaux.  C'est alors que le chef indien, Piyerre bin Piyerre, pressant ce qu'il ressentait être la victoire, eut le cerveau chatouillé par une pointe de pique.  Sa mort entraina les restes de son armée dans la déroute.

Après deux engagements, les Hollandais étaient maîtres provisoires des alentours, mais sans chef et trop affaiblis pour continuer leur avance.  Leurs victoires leur permettront, cependant, d'installer un comptoir sur les rives de l'Océan Indien et leur laisseront le temps de détruire celui de leurs éternels rivaux portugais...

Deux parties donc d'Irregular Wars, toujours aussi passionnantes.  L'armée de la VOC est solide, et j'apprécie beaucoup mes nouvelles unités, un Predikant et des Ships' Guns.  L'enveloppement est, cependant, toujours le risque majeur.

La prochaine partie nous prévoyons Ottomans contre Polonais (les deux armées sont de Pierre) pour varier le style de jeu.  Vivement la rencontre !

mardi 25 juillet 2017

Aventures sur le Toit du Monde

Mise à jour de mon blog "Le Tournoi des Ombres" avec le compte-rendu du 5ème et dernier épisode de la quête "Les Eaux Pures du Tibet", joué avec Pulp Alley.

Dans cette conclusion cataclysmique de la séries, au cœur d'une base sous-marine délaissée et déréglée et peuplée de zombies de l'armée Britannique, le Soleil Noir de Stef l'a remporté, de justesse, sur la Ligue du Capitaine Zhong et la Ligue de la Lumière.

Le Tibet est ainsi sauvé, mais que fera le Soleil Noir de son influence accrue en Asie ?  La Ligue de la Lumière, si longtemps son adversaire, peut-elle concevoir être vraiment son allié ?  Et le Capitaine Zhong a-t-il vraiment disparu dans l'explosion de la base ?