Welcome / Bienvenu

This blog presents my different wargames armies, after action reports, campaigns which I have run, some scenarios and a presentation of some of the different rules I play. The pages at the top of the blog contain historical information on the periods that interest me. They are an aid to my poor memory, and not in any way exhaustive nor necessarily correct. As I am an Englishman living in France, some pages are in English and others in French...sorry, I am too lazy to translate...

I hope this blog offers you much enjoyment and some inspiration !

lundi 25 janvier 2016

Dutch East India Company (VOC)




Le Vereenigde Oost-Indische Compagnie, ou VOC, était fondé en 1602 et doté d'un monopole de 21 ans sur le marché des épices orientales.  En Asie, le VOC avait des pouvoirs les plus larges, dont celui de fonder des colonies et des lieux d'échanges, et de maintenir une armée pour protéger et agrandir son emprise territoriale.

Les Néerlandais étaient entrés dans la course aux richesses de l'Asie avec un sérieux retard sur les Portugais.  Une politique très active et très agressive a permis au VOC de prendre rapidement pied dans la région.

Bientôt des vaisseaux et des soldats de la VOC proliférait en Indonésie et en Java.  En 1619, une armée du VOC, sous les ordres de l'impitoyable Gouverneur-Général Jan Pieterszoon Coen, fonda par la force la ville de Batavia, quartier-général du VOC en Asie (moderne Jakarta, en Indonésie).  Dans les années qui suivirent, les néerlandais renforcèrent leur présence dans les îles Banda, un archipel qui aurait été insignifiant s'il n'était la seule source d'un épice miraculeux, le noix de muscade.  Le noix de muscade pouvait soigner tous les maux, et surtout la peste qui ravageait régulièrement l'Europe au début du XVIIe siècle.  Son trafic offrait au VOC des marges qui frôlaient les mille pourcent.

Les ennemis du VOC était nombreux.  Les hollandais étaient particulièrement agressifs, or la plupart des îles javanais et indonésiens étaient éclatés entre des dizaines de tribus, très difficile à contrôler politiquement.  A de nombreuses reprises, des petites expéditions du VOC étaient massacrés, notamment dans les îles Banda, ce qui accrut la répression.  Les Portugais, et les Anglais de l'East India Company, se montraient belliqueux   dès qu'une nouvelle flotte marchande leur parvint depuis l'Europe, même si ces "guerres" ne dépassaient jamais des escarmouches très locales et ne débordait jamais sur le vieux Continent, malgré quelques scandales dans l'opinion publique.

Le VOC a affronté également les Chinois de la dynastie Ming, car ils ont fondé des colonies dans les Pescadores, aux abords de Taiwan, dans une tentative de forcer les Ming à accepter une inévitable ouverture de relations commerciales.  Avec une armée de 10.000 hommes, les Ming les chassèrent des Pescadores pendant la Guerre des Penghu en 1622-1623.  Les Néerlandais se replièrent sur Taiwan, d'où ils éjectèrent une forte présence pirate.

En 1644, les Ming furent renversés par les Manchu Qing.  Les loyalistes des Ming se sont décidés, en 1661-1662, à se servir de Taïwan comme base pour leur lutte.  Les Néerlandais, qui ont refusé cette ingérence dans leurs affaires, ont été battus par une armée de plus de 25.000 adversaires.

Enfin, les mers de l'Asie Orientale était infestées de pirates musulmans, chinois et japonais, qui étaient parfois ennemis et parfois alliés pour le VOC.  Les plus grands pirates chinois pouvait rassembler des centaines de jonques tandis que les wako japonais attaquaient parfois de grandes villes.  Les Néerlandais se servait régulièrement de mercenaires japonais dans leurs rangs, dont ils appréciaient les qualités martiales.

Si l'armée du VOC pouvait, par moments, atteindre mille hommes, c'est surtout une affaire de "petite guerre".  Des soldats et colons frais arrivaient avec des expéditions marchandes, mais étaient rapidement décimés par la maladie et le dépaysement.  Ce théâtre d'opérations est très représentatif de l'étrangeté de l'aventure coloniale d'un point de vue militaire : à certaines occasions, il suffisait d'une vingtaine d'hommes pour conquérir un archipel, tandis que le lendemain, une fragile coalition des autochtones conduisait à un massacre de centaines de colons.  Ou bien, on voit les mille défenseurs néerlandais de Taïwan en 1661-1662, militaires et civils confondus, résister onze mois contre un adversaire vingt fois plus nombreux, fait d'autant plus surprenant que les technologies à la disposition de l'armée chinoise était encore, à cette époque, équivalentes voire supérieures à celles de leurs ennemis européens.

J'ai choisi de jouer cette période très intéressante avec la règle "Irregular Wars", qui de pars la large part de hasard dans la composition de son armée, le déploiement, et les manœuvres avant la bataille, reflète très bien les aléas de l'action militaire dans cette partie perdue du monde.

L'armée comprend :

Une première compagnie obligatoire de Merchant Adventurers (1 socle), dans lequel est intégré le Lord.



Une deuxième compagnie obligatoire de Drilled Shot (3 socles), qui sera certainement le cœur de l'armée.



La première des sept compagnies optionnelles, dont je peux en choisir cinq pour chaque bataille : des Mercenary Halberdiers (1d2 socles).



Des Colonial Militia Pike (1 socle).



Des Targeteers (1 socle).


Des Ships Guns (1d2 socles).


Il s'agit de canons pris sur les navires du VOC.  J'ai utilisé des modèles de l'échelle de 10mm pour représenter ces petites pièces, néanmoins très efficaces contre les autochtones.








Les troupes néerlandaises étant assez fiables quant au nombre qui se présenteront sur le champ de bataille (entre 7 et 8 socles), je me suis permis plus d'incertitude pour les deux choix restants.

Des Asian Mardijkers (1d4 socles).

 Il s'agit d'autochtones organisés par les hollandais en communautés semi-autonomes, souvent formés à partir d'anciens esclaves libérés sur les portugais.  Les hollandais pratiquaient également l'esclavage, moins largement mais avec tout autant de brutalité que les lusitaniens; mais ils avaient compris l'intérêt de pouvoir compter sur des auxiliaires indigènes.  Je les ai représenté avec un armement hétéroclite; les sources divergent sur la qualité militaire de ses troupes et sans doute cela variait énormément selon le lieu, la date et les conditions de la levée.

Des Asian Scouts (1d2 socles).

Quelques tribus javanaises et indonésiennes pratiquaient la chasse aux têtes, c'est le cas, n'en doutez pas, pour ces gars...


Voilà donc l'armée au grand complet.  Sur les 14 socles, j'ai la garantie de rassembler au moins 9...avant de connaître les ravages de la maladie et la désertion juste avant le début des hostilités, bien entendu...


Pour veiller sur la spiritualité de l'ensemble, un Predikant (1 socle).


Les Hollandais étant des Protestants, le Predikant a pris femme et on la voit ici distribuer eau et soins aux soldats blessés.





Toutes les figurines sont de Grumpy's Miniatures et sont du 15mm.

1 commentaire: